De la dépendance amoureuse à l’amour

De la dépendance à l'amour
De la dépendance à l’amour

 

Des relations de dépendance aux relations éclairées

 

Pouvons-nous transformer une relation de dépendance en une véritable relation?

Oui c’est possible. En étant présent et en intensifiant votre présence, et en amenant votre attention davantage dans le « maintenant ». Que vous viviez seul ou avec un partenaire, ceci reste la clé.­­

Pour que l’amour puisse fleurir, la lumière de votre présence doit être suffisamment forte pour que vous ne laissiez plus contrôler par le penseur ou le corps de souffrance et que vous n’assimiliez plus ceux-ci à ce que vous êtes. Vous connaître comme étant l’Etre derrière le penseur, le calme derrière le parasitage du mental, l’amour et la joie derrière la souffrance et ainsi la transformer.

Se dissocier de la compulsion à réfléchir, c’est être le témoin silencieux des pensées et des comportements, en particulier des scénarios mentaux qui se répètent et des rôles joués par l’égo.

Si vous cessez d’insuffler une existence au mental, celui-ci perd de son aspect compulsif, qui est fondamentalement dans l’obligation de juger et, par conséquent, à résister à ce qui est. Ceci crée conflits, mélodrames et nouveaux chagrins. En fait, dès l’instant où le jugement cesse par l’acceptation de ce qui est, vous êtes libéré du mental. Vous avez fait de la place pour accueillir l’amour, la paix et la joie.

En premier lieu, vous cessez de vous juger vous-même, et vous arrêtez ensuite de juger votre partenaire. Le plus grand déclencheur de changement dans une relation, c’est l’acceptation totale de votre partenaire tel qu’il est, sans aucun besoin de le juger ou de le changer de façon quelconque. Cette acceptation vous transporte immédiatement au-delà de l’égo. Tous les jeux du mental et les dépendances profondes sont alors révolus. Il n’y a plus ni tyran, ni victime, ni accusateur ni accusé.

Ceci met aussi un terme à toutes les dépendances et au fait que vous êtes attiré par les scénarios inconscients d’une autre personne et que vous leur permettez ainsi de se perpétuer.

Soit vous vous séparez dans l’amour, soit vous plongez en plus en plus profondément dans le présent ensemble, dans l’Etre.

Cela peut-il être aussi simple que ça ? Oui ça l’est !

L’amour est un état. L’amour n’est pas à l’extérieur mais au plus profond de vous. Il est en vous et indissociable de vous à tout jamais. Il ne dépend pas de quelqu’un d’autre, d’une forme extérieure. L’immobilité de la présence intérieure vous permet de sentir votre propre réalité intemporelle et sans forme, c’est à-dire la vie non manifeste qui anime votre forme matérielle. Elle vous permet aussi de sentir cette même vie au plus profond de chaque autre être humain et de toute autre créature. Vous voyez dorénavant au-delà du voile de la forme et de la division. Ceci est la réalisation, ceci est l’amour.

L’amour n’est pas sélectif, tout comme la lumière du soleil. Il ne fait pas en sorte qu’une personne soit spéciale. L’amour n’est pas exclusif. L’exclusivité n’est pas le propre de l’amour divin, mais celui de l’égo.

Par contre, l’intensité selon laquelle le véritable amour est ressenti peut varier. Il se peut qu’une personne vous reflète l’amour qui est en vous plus nettement et plus intensément que les autres. Et si cette personne ressent la même chose face à vous, on peut dire que vous êtes en relation d’amour avec elle.

Le lien entre vous et cette personne est le même que celui qui existe entre vous  et la personne assise à côté de vous dans l’autobus, ou que celui qui existe entre vous et un oiseau, un arbre ou une fleur. Seul diffère le degré d’intensité avec lequel vous sentez ce lien.

La véritable relation d’amour intervient quand quelque chose rend le mental impuissant. Quelque chose alors de plus réel se révèle et c’est ce qui rend une vraie communication possible.

La véritable communication, c’est la communion, la réalisation de l’unicité, qui est Amour.

Eckart Tolle – Le pouvoir du moment présent

Nous sommes UN !

Nous sommes UN
Nous sommes UN

C’est uniquement dans la mesure où nous sommes arrivés à connaître notre propre souffrance, où nous sommes entré en rapport avec elle, si tant est que nous l’ayons fait, que nous pourrons être assez intrépides, assez courageux et assez guerriers pour ressentir la souffrance des autres. dans cette mesure, nous pourrons accepter la souffrance des autres parce que nous aurons découvert que leur souffrance et la nôtre ne sont pas différentes.

Pema Chodrön

Pourquoi ça ne marche pas ? Eckart Tolle

« Vous ne réussirez jamais à arranger les formes ou
à accumuler toutes celles dont vous pensez avoir besoin
pour être vous-même. »
En tant qu' »ego » identifié à la forme, nous attendons « toujours plus » d’un hypothétique futur, qu’il s’agisse d’accumulations sur le plan matériel ou spirituel.:
« Si je gagnais au loto, je serai comblé … »
« Si je rencontrais le grand amour, je serais comblé … »
« Si je devenais un être très évolué spirituellement, je serai comblé … »

 » Puis-je être dans l’acceptation de ce qui EST comme cela EST, en cet instant même ? »

L’amour – Khalil Gibran

Un jour, tu me demanderas...
Un jour, tu me demanderas…

L’AmourAlors Almitra dit, Parle-nous de l’Amour.

Et il leva la tête et regarda le peuple assemblé, et le calme s’étendit sur eux.

Et d’une voix forte il dit : Quand l’amour vous fait signe, suivez le. Bien que ses voies soient dures et rudes.

Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui. Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.

Et quand il vous parle, croyez en lui. Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.

Car de même que l’amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu’il vous fait croître, il vous élague.

De même qu’il s’élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil, Ainsi il descendra jusqu’à vos racines et secouera leur emprise à la terre.

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous mettre à nu.

Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.

Il vous broie jusqu’à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu’à vous rendre souple.

Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.

Toutes ces choses, l’amour l’accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l’amour et le plaisir de l’amour. Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l’amour vous moissonne, Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.

L’amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.

L’amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.

Car l’amour suffit à l’amour.

Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, « Dieu est dans mon cœur », mais plutôt, « Je suis dans le cœur de Dieu ».

Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l’amour car l’amour, s’il vous en trouve digne, dirige votre cours.

L’amour n’a d’autre désir que de s’accomplir.

Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu’ils soient ainsi : Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

Connaître la douleur de trop de tendresse.

Etre blessé par votre propre compréhension de l’amour ;

Et en saigner volontiers et dans la joie.

Se réveiller à l’aube avec un cœur prêt à s’envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d’amour ;

Se reposer au milieu du jour et méditer sur l’extase de l’amour ;

Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;

Et alors s’endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.

Extrait du Prophète

Qu’est-ce que l’esprit ?

L’esprit

« L’esprit est la base unique d’où s’élève confusion et sagesse, samsara et nirvana, selon qu’il demeure dans l’ignorance ou qu’il est établi dans sa nature d’éveil. Il est donc essentiel d’avoir une compréhension claire de l’esprit afin d’en réaliser la nature.

L’esprit

« L’esprit est la base unique d’où s’élève confusion et sagesse, samsara et nirvana, selon qu’il demeure dans l’ignorance ou qu’il est établi dans sa nature d’éveil. Il est donc essentiel d’avoir une compréhension claire de l’esprit afin d’en réaliser la nature.

Qu’est-ce que l’esprit?

L’esprit est ce qui produit des pensées, parfois très actif, parfois calme, parfois heureux, parfois malheureux, parfois doux, parfois violent. Tout cela est l’esprit, et pourtant ce n’est pas cela. En effet, si nous cherchons l’esprit, rien n’est trouvé, si nous le regardons, rien n’est vu, si nous l’analysons, il n’en reste rien. Si nous voulons le saisir, nous n’attrapons rien, si nous le rejetons, il ne s’en va pas, si nous le posons, il ne reste pas. Si nous voulons l’unir à autre chose, il ne se mélange pas, si nous cherchons à le diviser, il ne se sépare pas, si nous voulons en prélever une partie, il ne se partage pas. Il n’est pas connu par l’observation, il n’est pas expliqué par une démonstration…

Il se situe, en fait, au-delà de toutes les représentations mentales d’existence, de non-existence, des deux à la fois ou de ni l’un ni l’autre.
C’est pourquoi on le définit comme GRAND MILIEU et la position qui le caractérise s’appelle LA GRANDE VUE MÉDIANE qui se situe à l’écart de tous les extrêmes.
Le seul moyen de réaliser la nature de l’esprit, c’est l’absorption méditative, le samadhi, qui conduit à la vision directe, non discursive, non conceptuelle de l’essence de toute chose.
C’est la raison pour laquelle la méditation est le cœur de l’apprentissage spirituel »

Lama Guendune Rinpoché