Etre égoïste avec intelligence

Shantideva

Shantideva

Être égoïste avec intelligence

Les autres devraient passer en premier et vous ensuite. Même d’un point de vue égoïste, puisque vous désirez le bonheur et rejetez le malheur, si vous témoignez aux autres de la bonté, de l’amour et du respect, les autres feront preuve des mêmes sentiments à votre égard, ce qui vous rendra heureux. Si vous manifestez aux autres de la colère et de la haine, ils vous le rendront et vous perdrez votre sérénité. C’est pourquoi si vous êtes égoïste, soyez-le d’une façon intelligente ! L’égoïste à l’esprit étroit pense d’abord à lui-même. Si votre égoïsme se manifeste avec intelligence, vous ferez attention aux autres, en traitant de la même manière ceux qui vous sont proches. À la longue, cela vous apportera plus de satisfaction, plus de bonheur. Même d’un point de vue personnel, servir les autres, les aider, les respecter, restreindre son ego, susciteront de meilleurs résultats.

Si vous vous souciez des autres, votre propre bien-être s’épanouira automatiquement. Examinez les non-vertus physiques et verbales qui sont à l’origine d’une naissance dans des conditions défavorisées. Celui qui a un horizon étroit évite de tuer, par exemple, afin de ne pas accumuler un mauvais karma déjà implanté dans son esprit à lui ou à elle. Celui qui dispose d’une perspective plus étendue évite de tuer en se disant que cela l’empêcherait de renaître dans une vie meilleure où il poursuivrait une pratique qui lui permettrait, à la longue, de quitter le cycle de l’existence. Les personnes altruistes considèrent cependant la vie des autres tout aussi valable que la leur et ne sauraient en aucun cas commettre un meurtre. Ce souci des autres crée une grande différence quant à la nature des motifs qui empêchent de commettre un assassinat. Ceux qui demeurent centrés sur eux-mêmes peuvent penser que, même s’ils se livrent à un acte abominable, ils peuvent s’en confesser et tenter d’améliorer leur karma. Tandis que ceux qui mesurent à sa juste valeur la vie d’un autre tiennent compte de son éventuelle souffrance et savent que cela n’aiderait en rien cette personne que de confesser son meurtre. Il en va de même pour le vol, l’adultère, le mensonge, la calomnie, l’insulte et même, je pense, les bavardages inutiles.

Une autre raison pour laquelle le souci de l’autre a une telle valeur tient à ce que cela met notre propre situation en perspective. À un moment donné, j’ai été profondément attristé par les événements du Tibet mais je me suis souvenu que j’avais prononcé les vœux des Bodhisattvas et que je méditais tous les jours sur la prière de Shantideva :

Aussi longtemps que dure l’espace
Aussi longtemps que demeurent les êtres sensibles,
Que moi aussi je demeure
Et chasse la misère du monde.

Dès que je m’en souvenais, le poids de mon fardeau disparaissait comme autant d’armures qui m’auraient été enlevées.

Un engagement altruisme élimine les principales causes de découragement en les situant dans une perspective plus vaste. Ces causes ne doivent pas vous démoraliser. La plupart de nos soucis, de nos difficultés et de la tristesse de cette vie sont liés à l’amour de soi. Comme je l’ai dit plus haut, être égoïste avec intelligence n’est pas négatif mais l’égoïsme à courte vue qui ne tient compte que de sa satisfaction immédiate est contre-productif. Une perspective étroite rend insupportable même un petit problème. Être concerné par tous les êtres sensibles élargit votre point de vue et vous rend plus proche de la réalité. De cette manière, une attitude altruiste permet de réduire sur-le-champ votre propre souffrance.

Ma prière la plus fervente vous invite à pratiquer l’amour et la bonté, que vous apparteniez à une religion ou non. Ainsi parviendrez-vous à prendre conscience de la valeur de la compassion et de la bonté, ce qui vous vaudra la paix de l’esprit. Après tout, même si le sort des autres ne vous intéresse pas, vous accordez beaucoup d’importance à votre personne – ce qui est sûr -, donc vous devez souhaiter parvenir grâce à la paix de l’esprit à une existence quotidienne plus heureuse. Si vous vous entraînez à plus de bonté et de tolérance, vous trouverez un surcroît de paix.

Aucun besoin de changer de mobilier ou de déménager. Votre voisin peut être bruyant ou insupportable mais, tant que votre esprit demeurera paisible et calme, vos voisins ne vous causeront pas grand souci. Mais si vous êtes d’humeur irritable en général, même lorsque vos meilleurs amis vous rendent visite, vous ne pouvez être réellement heureux. Si vous demeurez calme, même votre pire ennemi ne parviendra pas à vous troubler.

C’est la raison pour laquelle j’affirme que, si vous êtes vraiment égoïste, autant l’être avec intelligence. De cette manière, vous pouvez parvenir à votre objectif égoïste d’être heureux. Ce qui vaut beaucoup mieux que d’être centré sur son ego ou stupidement égoïste, ce qui ne mène à rien.

Visualisation

La technique de visualisation suivante rend énormément service si on la pratique quotidiennement.

1. Demeurez calme et raisonnable.

2. Devant vous, à droite, imaginez une autre version de vous-même avec une énorme masse d’égoïsme centrée sur soi-même, le genre de personne capable de n’importe quoi pour satisfaire un désir.

3. Devant vous, à gauche, imaginez un groupe de pauvres malheureux qui n’ont rien à voir avec vous, dont certains sont sans ressources, dans le besoin et souffrants.

4. Demeurez calme et impartial tout en observant les deux cotés. Dites-vous maintenant : « Les deux veulent le bonheur. Les deux ont le droit d’atteindre ce but. »

5. Pensez à ceci : nous travaillons souvent dur et pendant longtemps pour obtenir un salaire plus élevé ou nous dépensons pas mal d’argent afin d’en gagner davantage. Nous sommes disposés à des sacrifices temporaires pour en obtenir plus à long terme. Selon la même logique, il serait raisonnable pour une personne seule de faire des sacrifices pour le bien de l’intérêt commun. Naturellement, votre esprit penchera en faveur du plus grand nombre de gens malheureux. En tant qu’observateur impartial, considérez votre propre moi égoïste, là à votre droite, indifférent du sort de la majorité, quel que soit le degré de sa souffrance. Il n’est pas bien de se comporter ainsi. Quoique les deux parties que vous examinez aient un droit égal au bonheur, on ne peut éviter le besoin accablant du plus grand nombre. Le fait est que vous devez vous impliquez vous-mêmes au service des autres.

Il est indéniable que cet état d’esprit est difficile à acquérir mais à force de le tenter avec une grande détermination, alors, année après année, votre esprit se modifiera et s’améliorera. Au cours des années soixante, j’ai dispensé un enseignement sur Les Stades de la Voie vers l’Illumination, de Tsongkhapa, au cours duquel j’ai dit que, si j’atteignais le premier niveau de cessation des émotions douloureuses, je prendrais un long repos. Je le pensais vraiment. Même si j’admirais l’altruisme, je pensais qu’il était trop difficile à développer. Puis vers 1967, j’ai reçu un enseignement du Kagyu Lama Kunu Tenzin Gyeltsen sur Shantideva. J’ai commencé alors à réfléchir davantage sur sa signification, en même temps que sur La Précieuse Guirlande de Nagarjuna. J’ai acquis un peu plus de confiance, me disant qu’avec le temps je parviendrais à atteindre ce niveau élevé de compassion. Maintenant, depuis 1970 environ, chaque matin, quand je médite sur l’altruisme, je pleure. C’est ainsi que surviennent les transformations. Je ne prétends pas avoir atteint un degré élevé de compassion mais j’ai la certitude de pouvoir y parvenir.

Même si votre expérience de l’altruisme est faible, elle vous donnera, en tout état de cause, un certain niveau de paix mentale. Accroître votre intérêt pour les autres vous obtiendra le vaste pouvoir de transformer votre esprit. Si vous pratiquez la compassion pour tous les êtres vivants – y compris les animaux -, un mérite sans limites vous reviendra alors.

Dalaï Lama