Projections

Projections

Projections

 

Projections

 

Décidément, ce sujet continue à me passionner.

J’ai réalisé un jour que tous les jugements que j’émettais au sujet des autres n’étaient que la projection de mon propre état d’esprit. Ce n’est pas un scoop, tout le monde le sait – enfin j’espère – !

A partir de ce jour et pendant plusieurs mois, je me suis « vue » au travers des autres, il n’y avait brusquement rien ni personne que je ne sois pas !

C’était à la fois étonnant et terrifiant, cela mettait en lumière ma propre nature « voilée » par la réalité que je créais à tout instant. De plus en plus consciente de ce fait, j’ai commencé à laisser tomber mes jugements et à me les réapproprier en me posant cette simple question « est-ce que moi aussi, je ne suis pas un peu comme ça ? ». Bien sur, la réponse n’est pas toujours immédiate, il y a parfois résistance « c’est l’autre, ce n’est pas moi » et pourtant….

Le savoir et le comprendre, c’est utile, cela permet de se réapproprier ses jugements et de ne plus les projeter à l’extérieur, en tout cas pour la partie dont nous avons conscience, car en réalité nous passons notre temps à juger, tout et tout le temps bien avant d’en avoir conscience. « j’aime », « je n’aime pas » ou « je suis indifférent » sont les 3 catégories dans lesquelles nous classons les choses et phénomènes. Je ne vais pas m’étendre ici sur un des enseignements du Bouddhisme, les trois poisons de l’esprit.

En revanche, dans ma quête de compréhension, et loin de me satisfaire de belles paroles toutes faites, j’ai eu en plus besoin de comprendre « comment ça marche » ! Que se passe-t-il au moment même où on projette, quel est le phénomène en action ?

Je me souviens d’un jour où j’étais sur mon canapé, tranquille en train de regarder les infos du jour, lorsque brusquement, je me suis surprise en train de juger quelque chose ou quelqu’un, je ne me souviens plus.

A ce moment précis, j’ai perçu un voile subtil qui se déplaçait de moi vers l’objet de mon regard, comme quelque chose qui sortait de mon corps ou de ma conscience et que je projetais sur l’autre. Et ce n’était pas l’autre que je jugeais, mais bien ce voile qui n’était que le mien !

Je n’ai pas eu l’occasion de faire cette expérience à de nombreuses reprises, ce n’était pas une expérience « contrôlée » mais spontanée. Cela m’a par contre confirmée qu’une fois de plus, le Bouddha avait raison (ce dont je ne doute d’ailleurs jamais). Nous créons d’une certaine façon notre réalité, par le jeu des voiles et conditionnements !

Depuis, j’apprends à mes enfants à explorer en eux-mêmes ce qui les dérange chez les autres, à être attentifs à ce qu’ils projettent en se posant cette simple question « est-ce que moi aussi, je ne suis pas un peu comme ça ? ». La réponse demande d’abandonner quelques réflexes égotiques, beaucoup de lâcher prise sur ce que nous croyons être et une forte dose d’humilité 😉

Je vous souhaite un excellent dimanche

 

Françoise