Les signes de la vie

Attentes

Attentes

Notre vie est jonchée de signes, des panneaux indicateurs qui nous disent si nous sommes sur la bonne voie ou pas. Ces signes se manifestent sous forme de ressentis, ou d’une multitude de choses plus « réelles ». Nous ouvrons la page d’un livre et brusquement une phrase nous interpelle. Ou nous voyons une discordance entre les actes posés et les paroles prononcées. Ou encore notre corps nous alarme par des maux divers, bref. L’univers peut nous envoyer n’importe quoi pour nous signifier que notre voie est la bonne ou que nous faisons fausse route. On appelle ça la synchronicité.

Et pourtant, la plupart du temps, même si ces signes nous interpellent, nous ne nous y attardons pas. Nous sommes tellement attachés à nos certitudes, nos croyances, nos désirs et nos projections que nous en perdons notre vigilance. Pourtant, on ne peut pas ne pas les voir, ils sont devant nous en permanence mais nous préférons nous aveugler de nos illusions, essayant de rendre un instant réel quelque chose qui ne l’a jamais été, ou que nous espérons qu’il soit.

J’aime à me rappeler cet histoire de ce prêtre qui, pris par la montée des eaux, est sur le point de se noyer. En gros, elle raconte que la première fois, un morceau de bois passe devant lui et il ne le saisit pas, prétendant que Dieu va venir le sauver. La seconde fois, des gens viennent le chercher en barque, mais il refuse de monter dedans, et l’eau continue à monter. Et il continue de crier « Dieu va venir me sauver ». La 3è fois, c’est un hélicoptère qui vient le chercher mais à nouveau, il n’en veut pas. Et il finit par se noyer. Lorsqu’il arrive au Ciel, il demande à Dieu « j’avais tellement confiance en toi, pourquoi m’as-tu laissé tomber ? » et Dieu lui répond : j’ai essayé de te sauver à trois reprises.

L’histoire est mal racontée mais elle illustre bien que parfois nous attendons quelque chose de précis, de particulier qui est censé nous porter secours, et pendant que nous scrutons l’horizon à attendre, nous oublions de regarder ce qu’il y a là, sous nos yeux, et que nous ne voulons pas voir.

La croyance et l’espoir sont nos pires ennemis, ils nous empêchent d’être réellement présents à ce qui est, nous projetant dans un futur hypothétique qui a peu de chances de se réaliser tel que nous l’imaginions.

Les signes sont nos guides, ne les ignorons pas !

En conclusion, afin d’éviter des désillusions, cessons de nous bercer d’illusions 😉

Belle journée à tous

 

Françoise