Se libérer de la souffrance

Eveil et souffrance

Eveil et souffrance

Puisque l’éveil est la conséquence immédiate
de la cessation de la souffrance, plutôt que
rechercher l’éveil, attardons-nous à mettre en
pratique les moyens de nous libérer de la souffrance.

Inspiré de Sogyal Rinpoché

Petite note personnelle : j’ai passé 47 ans de ma vie à tourner en boucle dans ma souffrance, et Dieu sait que j’en avais ! J’utilisais toutes les thérapies à ma disposition pour essayer de m’en sortir, mes meilleurs amis étaient d’ailleurs des psys, je participais à de nombreuses formations « diplômantes » (reiki, PNL, analyse transactionnelle etc…) dans le but de me sortir enfin de cette maudite souffrance, mais ça ne fonctionnait pas ! Ca tenait quelques temps, quelques jours au mieux, tant que je n’étais pas vraiment confrontée à mes « névroses », mais quand il s’agissait d’adopter une attitude sereine face à mes difficultés, je replongeais de plus belle dans cette souffrance.

Et puis un jour pas comme les autres, un jour que je méditais intensivement dans un centre tibétain, un jour où j’étais dans une souffrance encore plus dense que d’habitude, un jour où j’étais complètement désespérée, me disant que je ne m’en sortirai jamais, qu’il n’y avait aucune issue, bref ce jour là, soudainement, je Me suis entendue penser ! Moi qui pensais que j’allais trouver ma solution à l’extérieur, dans des textes ou de nouvelles thérapies qui allaient enfin me libérer, je me suis rendue compte que le problème de fond était là, en moi, et ce, depuis toujours : cette petite voix qui tourne en boucle dans la tête, ce truc qu’on appelle l’égo, ou la saisie de la pensée.

A ce moment là, alors que j’étais en pleurs, j’ai failli exploser de rire, la supercherie m’a brusquement parue comme une évidence. Alors, depuis ce jour, j’ai commencé à observer les choses, mes pensées, ce que je prenais pour réel, j’ai lu, pratiqué et expérimenté.

Je suis loin d’être sortie de la souffrance, mais en tout cas, je vais beaucoup mieux du fait même de prendre du recul par rapport à mes propres pensées, et de lâcher prise sur la saisie que j’exerçais continuellement sur elles.

Je profite de ce message pour remercier toutes les personnes que j’ai perçues comme mes « ennemies », hommes ou femmes (si elles venaient à passer sur mon blog), c’est en me jetant à terre qu’elles m’ont permises de prendre conscience du jeu que Je me jouais depuis tellement longtemps !

Ce petit message a pour unique but de partager mon expérience personnelle, ce n’est pas une croyance ni un dogme, simplement mon expérience et une profonde conviction que nous sommes la clé de nos réussites et de nos échecs, et que rien n’est extérieur à soi.

Je vous souhaite une belle journée

Françoise

Bouddhiste et fière de l’être 😉