La carte du jour d’Osho : LE MENTAL

Le Mental

Le Mental

La carte du jour d’Osho : LE MENTAL

Voici l’état de votre tête : je vois des guidons et des pédales de bicyclette, des objets hétéroclites amassés çà et là. Une si petite tête… et aucun espace vital ! Et ces déchets continuent de remuer dans votre tête, votre tête bourdonne et élucubre – cela vous maintient occupé.
Prenez le temps de voir quel genre de pensées tournent à l’intérieur de votre mental. Un jour asseyez-vous, fermez vos écoutilles et écrivez pendant une demi-heure tout ce qui se passe dans votre mental, vous comprendrez alors ce que je veux dire et vous serez étonnés de ce qui se passe à l’intérieur de votre tête. Le brouillage en arrière plan est constamment là, il vous entoure comme un nuage. Avec ce brouillage vous ne pouvez percevoir la réalité ; vous ne pouvez pas atteindre à la clarté spirituelle.
Ce brouillage doit être dissipé et c’est avec votre détermination à le lâcher qu’il disparaîtra. Souvenez-vous, ce brouillage ne s’accroche pas à vous, c’est vous qui ne le laissez pas partir.

Osho The Sun Rises in the Evening Chapter 9

Commentaire :

C’est ce qui arrive lorsque nous oublions que le mental est censé être un serviteur et que nous le laissons gouverner nos vies. La tête est remplie de mécanismes, la bouche pérore et délire et toute l’atmosphère environnant est polluée par cette usine à arguments et opinions.
« Mais » dites-vous, « le mental est ce qui nous rend humain, il est la source de tout le progrès, de toutes les grandes vérités ». Si vous croyez cela, faites cette expérience : entrez dans votre chambre, fermez la porte, mettez en route un magnétophone et donnez-vous la totale permission de dire tout ce qui vous passe par la tête. Si vous vous permettez vraiment de laissez sortir tout ce qui vient, sans censure ni mise au point, vous serez stupéfié de la quantité de déchets qui seront vomi.
Le Valet des Nuages vous apprend que quelqu’un, quelque part, à la « grosse tête ». Jetez un coup d’œil et assurez-vous que ce n’est pas vous.

Extrait du tarot zen d’Osho