Offrez et vous recevrez !

D'abord offrir, puis recevoir !

Ne cherchez pas à recevoir, apprenez d’abord à offrir !

Voici une petite anecdote que je souhaite partager avec vous !

Je fréquente depuis de nombreuses années un centre tibétain en Savoie, centre dirigé spirituellement par Lama Denys Rinpoché.

Il y a 13 ans, lorsque je participais à des enseignements, je croisais régulièrement Lama Denys ; à cette époque, je le trouvais froid et distant, en fait, il ne me regardait jamais, je n’arrivais pas à le « capter » et j’avais émis tout un tas de jugements sur les « maîtres », du style, ils manquent de chaleur ou autres balivernes de ce genre. C’était il y a 13 ans, je le rappelle !

L’an dernier, lors d’un séminaire auquel  je participais, je croisais à nouveau Lama Denys, souvent le soir lors des cérémonies de Chenrezi et,  à nouveau, j’avais l’impression qu’il ne me voyait pas ! Tout le monde me parlait de l’amour qu’il avait dans le regard, mais impossible de croiser le sien !

Alors, je ruminais dans mon coin, le blabla mental « il n’en a rien à faire de moi, je suis juste une petite pratiquante sans intérêt, il a des choses plus intéressantes à faire, etc… ». En en reparlant, ça me fait sourire tellement je réalise que je tournais en boucle dans ma souffrance.

Bref, j’en parle à Gaëlle qui participait au séminaire avec moi, et puis, je laisse tomber ! Après tout, ce n’était pas si grave, qu’il me voit ou non n’allait pas changer ce que j’étais, j’en faisais mon deuil !

Le lendemain, alors que j’étais adossée à une rambarde, attendant un entretien avec le lama qui enseignait le Lodjong (sujet de mon séminaire), j’entends quelqu’un derrière moi qui prononce un « bonjour ». Je me retourne et devant moi se tenait Lama Denys, qui me disait bonjour… à moi ! Et ce n’était pas un bonjour en passant, non il s’était arrêté devant moi, et m’avait saluée en quelque sorte !

Surprise, déconcertée, j’ai dû bafouiller un bonjour maladroit, bref…le soir même, j’en parle à nouveau à Gaëlle, toute contente « tu te rends compte, Lama Denys m’a dit bonjour » !

Et Gaëlle me répond « Est-ce que tu l’as offert au Dharma » ?

Dans le bouddhisme, on s’entraîne justement à ne pas conserver pour soi ce qui est positif, et donc à offrir ce qu’on reçoit à tous les êtres vivants ! Je la regarde un peu étonnée et lui réponds « pour une fois que Lama Denys me parle, je vais le garder pour moi ». Puis, quelques minutes après réflexion, je me décidais à offrir ce sourire et cette joie au Dharma, en quelque sorte, c’est un acte de détachement.

Le lendemain, encore une fois de manière tout à fait inopportune,  Lama Denys me fait à nouveau un grand sourire et me dit à nouveau bonjour…

De cela, j’ai tiré deux enseignements :

–          plus on lâche la volonté que les choses soient conformes à nos désirs, plus on leur laisse la possibilité de s’exprimer.

–          plus on offre aux autres ce qu’on aurait tendance à vouloir conserver pour soi (ce qu’on juge bon en l’occurrence), plus les évènements reviennent à soi sans qu’on ne s’y attende !

Je vous laisse en tirer les conclusions que vous souhaitez …

Bonne journée

Françoise