On ne peut aimer l’autre que si….

On ne peut aimer l'autre que si l'on a pas peur de le perdre -

On ne peut aimer l’autre que si l’on a pas peur de le perdre –

Amour ou peur ?

C’est en mettant ce merveilleux texte ce matin du Dalaï Lama,  que j’en suis venue à me demander ce qu’il évoquait pour moi et quelle leçon j’avais à en tirer.

En observant un peu ce qu’il se passe en moi et autours de moi, je me suis rendue compte  que bien de nos relations dites « amoureuses »  se construisent autours de la peur et en arrière plan, l’amour, alors que cela semble évident que l’inverse serait plus juste.

Il y a en premier lieu la peur d’être seul(e) (ce n’est pas vraiment mon cas), mais cette peur peut pousser certaines personnes à accepter n’importe quelle relation pour combler leur propre vide.

Et puis, plus généralement, il y a différentes peurs qui viennent se greffer ou pas là-dessus, parmi les prédominantes, on doit y retrouver la peur de l’abandon et du rejet. Cette peur, qui prend sa source dans notre propre enfance, semble être commune à beaucoup d’entre nous, nous entraînant souvent à agir non plus dans le sens de l’amour, mais de façon à faire taire cette peur hurlante au fond de nous, résultat du traumatisme de l’abandon.

Or, qu’est ce que l’amour, sinon un espace de libre échange, un espace créé pour y accueillir l’autre, un espace d’ouverture totale, un espace où l’on a plaisir à rencontrer l’autre.

On sait parfaitement que la peur aveugle tout, il suffit de regarder une personne qui a le vertige pour se rendre compte que sa peur peut lui ôter tout simplement sa lucidité basique.

Si l’on y regarde de plus près, on se rend compte que beaucoup de nos comportements amoureux sont teintés de peur : peur de perdre l’autre, peur que l’autre ne nous aime plus, et par extension, peur du rejet et de l’abandon en quelque sorte.  Cette peur est tellement présente parfois qu’elle nous fait perdre les pédales, nous contraignant à agir dans le sens opposé de l’amour, en faisant de nous non plus des êtres ouverts, prêts à accueillir l’autre, mais des individus soumis aux désirs de l’autre, par crainte qu’il ne nous abandonne !

Que veut-on vivre réellement dans une relation amoureuse ?  Il me semble, mais c’est personnel, qu’une relation sentimentale amoureuse doit avoir pour fondement la confiance, confiance en soi, confiance en l’autre, confiance en la relation. Si cette confiance fondamentale, fondement de l’amour, n’est pas présente, alors aucune relation amoureuse ne devient possible !

L’objectif d’une relation amoureuse est d’avancer ensemble, quelques soient les difficultés rencontrées, de se soutenir, de s’épauler, et surtout d’offrir du bonheur à l’autre et de l’espace pour que chacun puisse s’y ressourcer.  Un partenaire amoureux n’est pas un parent, il n’est pas à craindre d’abandon si  la confiance est présente. Il n’y a rien à perdre, rien à gagner, juste créer en soi cet espace de paix dans lequel nous pouvons recevoir pleinement l’autre.

Si, dans notre relation, nous ne pouvons librement nous exprimer sans craindre le départ de l’autre, ou si nous avons peur de la réaction de l’autre ou si nous ne nous sentons pas acceptés pour qui nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses, si l’amour que nous porte l’autre est soumis à conditions, alors nous ne pouvons plus parler d’amour, mais bien de peur.

Et s’il y a peur, ce qui nous lie à l’autre n’est plus de l’amour mais bien une forme d’attachement névrotique.

Il me semble important dans une relation amoureuse, de se poser ces questions élémentaires : qu’est ce qui fait que j’ai envie d’être avec cette personne ? Ai-je peur de la solitude, ai-je besoin de ceci ou cela ? ou ai-je envie de créer un espace de paix dans lequel je m’abandonne et invite l’autre à  s’abandonner à la confiance ?…et si par pur bonheur, nous avons rencontré un être que nous aimons profondément, il est tout aussi important de se demander si la confiance est suffisante pour supporter les aléas de la vie, si l’autre sera être à nos côtés lorsque nous irons moins bien,  ou lorsque nous aurons des réactions parfois inadaptées, ou si nous sommes un peu comme un kleenex qui n’aura son utilité qu’un court laps de temps et qui sera emporté par le vent à la moindre tempête !

Sans cette confiance fondamentale, nous avons en effet toutes les raisons d’avoir peur, car il est impossible de construire quoi que ce soit quand la peur est présente. Et si notre peur est trop présente, il devient alors inutile de poursuivre notre relation, elle sera, de toute façon, vouée à l’échec tôt ou tard.

L’amour est en nous ce que nous avons de plus précieux à offrir et à partager, assurons-nous, avant de l’offrir, que l’autre sera capable de le recevoir et de nous y accueillir en retour !