Comment utiliser un mala tibétain de prières ?

Le mala tibétain bouddhiste est à la mode, on en voit fleurir un peu partout, souvent confectionné de manière douteuse sans aucun respect envers la religion bouddhiste ni les personnes qui le fabriquent.

Rosaire du bouddhiste, le mala tibétain n’est pas un simple instrument décoratif que l’on porte autour du cou ou au poignets histoire de se donner bonne conscience ou d’être à la mode. Non, le mala tibétain bouddhiste sert à réciter des prières et particulièrement des mantras dans le langage tibétain.

Un mantra est une succession brève de lettres qui résument certains concepts du bouddhisme. A chaque divinité bouddhiste correspond un mantra précis, qui contient en lui-même toute l’essence de l’enseignement sous-jacent.

On peut réciter des mantras tels le mantra de Chenrezi, le plus utilisé dans les cérémonies tibétaines, mais également le mantra de Guru Rinpoché et d’autres mantras utilisé dans la tradition du bouddhisme tibétain.

« Om Mani Padme Hum »

Mantra de Chenrezi

Comment choisir un mala tibétain ?

Le choix d’un mala se fait en fonction de l’utilisation que l’on va en faire. Certains malas tibétains auraient une action plus spécifique que d’autres.

  • Le Mala en graines de Bodhi est le seul adapté à toutes les pratiques. C’est le mala le plus utilisé au Tibet et au Népal.
  • Le mala tibétain en os de buffle est également un grand classique du Népal, car l’os est un matériau usuel dans ce pays.
  • Le Mala en coquillage, terre, graine ou bois est davantage adapté aux pratiques de méditation.
  • Le Mala en perles de Dzi peut remplacer n’importe quelle pierre. Il est cependant très rare.
  • Le Mala en cristal de Roche est utilisé pour la pratique des purifications. Veillez à utiliser un mala en véritable cristal de roche et non un placebo en verre.
  • Les malas tibétains réalisés avec plusieurs pierres différentes sont déconseillés car ils sont de véritables perturbateurs énergétiques. Chaque pierre diffusant en effet sa propre énergie, il en résulte en général un capharnaüm mental lors des méditations. Ce type de mala est attrayant à l’œil, mais n’a aucune vocation spirituelle.
  • Les malas en graine de Rudraska auraient en plus une propriété apaisante. Ils sont utilisés au Népal pour calmer l’agitation des enfants notamment, en déposant le mala sur leur tête.

Vous l’aurez compris, on peut fabriquer un mala avec n’importe quelle perle mais il est toutefois conseillé d’utiliser les perles usuelles de la tradition d’origine, soit le bouddhisme tibétain.

Les vertus spécifiques de certains malas tibétains

Selon certains textes anciens, certains malas démultiplieraient le karma.

  • Les malas tibétains en perles multiplieraient le karma par 100 millions
  • les malas tibétains en graines multiplieraient le karma positif par 20 millions

Peut-on utiliser un mala en pierres naturelles ?

On peut effectivement utiliser un mala tibétain en pierres qui, en plus de son utilité de base qui est de promulguer des prières, peut s’avérer intéressant sur le plan énergétique. L’utilisateur peut bénéficier en même temps des propriétés de la pierre naturelle utilisée.

Doit-on faire bénir son mala ?

De préférence, oui.

Un mala de prières, avant d’être utilisé, doit être purifié. Purifié de quoi ? De toute l’énergie laissée sur les perles lors de sa confection, et de l’énergie des intervenants de la confection à l’obtention du mala.

Par qui doit-on faire bénir un mala ?

La bénédiction ou purification d’un mala bouddhiste est généralement pratiquée par un lama ou un Rinpoché, selon la tradition du Bouddhisme tibétain.

Dans la réalité, il n’est pas toujours si simple de trouver sur son chemin de telles personnalités bouddhistes, et cela ne doit pas être un prétexte pour ne pas utiliser son mala.

Comment purifier un mala tibétain par soi-même ?

Lorsqu’on confie son mala à un lama ou un maître tibétain, on considère que la personne a une évolution spirituelle supérieure à la nôtre et qu’elle est qualifiée pour ce type de cérémonie.

Cependant, ce n’est pas toujours aussi évident dans la réalité. Les lamas sont des individus qui ont certes réalisé la retraite de 3 ans, 3 mois et 3 jours, mais on ne peut cependant pas parler de réalisation pour la plupart. Ce sont donc des humains comme les autres, avec leurs projections et voiles, même s’ils en ont à priori beaucoup moins que la moyenne.

Faire purifier un mala par une personne impure n’a pas de réel intérêt !

Le maître réalisé en revanche a cette qualité, mais il en existe très peu et les plus grands ne sont plus de ce monde.

En règle générale, tout ce qui est humain est « impur » et serait indigne à la bénédiction.

La personne à qui vous confiez votre mala tibétain pour le bénir est à mon sens une affaire personnelle qui dépend de l’affinité que vous partagez avec cette personne et de la confiance que vous lui accordez.

Dans l’absolu, bénir un mala est comparable à demander la lumière sur le mala et le décharger de toute pollution énergétique et mentale, et cela peut être fait par d’autres  moyens que par un maître bouddhiste. Bien entendu, pour certains puristes, seul le maître reconnu comme tel aurait ce pouvoir.

On peut donc purifier soi-même le mala tibétain, non pas en tant que personne (ce serait nous prendre pour Dieu), mais en utilisant l’énergie pure qui est en nous…ou ailleurs.

Ainsi, si vous n’avez pas d’autre choix, vous pouvez cependant bénir un mala tibétain via des prières, via une invocation envers un saint quelconque, ou via Dieu, l’Univers, bref tout ce qui représente la plus haute lumière et la plus grande pureté, selon la croyance de chacun.

Les procédés de purification d’un mala tibétain sont aussi variées que les croyances sous-jacentes. Cela peut-être de l’encens, de préférence de l’encens tibétain de première qualité, la lumière solaire ou lunaire (attention cependant si vous utilisez un mala en pierres naturelles, que le procédé utilisé ne soit pas incompatible avec la pierre).

On peut également purifier un mala tibétain dans du sel, des vapeurs d’huile essentielle ; on peut l’enterrer dans la terre, ce qui revient à renvoyer les énergies négatives dans le cycle naturel des éléments, il n’y a pas de règle stricte.

Tout ce qui est bénéfique pour vous mêmes le sera pour le mala de prières !

Dans tous les cas, il est important d’y mettre l’intention, c’est-à-dire le désir ferme que le mala soit débarrassé de ses impuretés et propre à son utilisation.

Pourquoi un mala tibétain a-t-il 108 perles ?

Le chiffre 108 est considéré comme un chiffre sacré dans bon nombre de religions. 

  • Selon les textes anciens, il existerait 108 lignes d’énergie qui mènent au chakra du coeur
  • La religion hindoue est composée de 108 textes sacrés
  • Selon la religion bouddhiste, il existe 108 vertus à cultiver et 108 défauts ou travers à éliminer, qui se décomposent en 36 sentiments relatifs au présent, 36 sentiments relatifs au passé, et 36 sentiments relatifs au futur
  • Au regard de l’illumination, Bouddha aurait traversé 108 épreuves avant de s’éveiller
  • Enfin le chiffre 108 a encore d’autres symboliques dans le monde.

Comment utiliser un compteur pour mala tibétain ?

Un compteur pour mala est une perle ou un groupe de perles qui s’insère à certains endroits spécifiques du mala.

Le compteur de mala est composé de 20 perles, 10 perles sur chaque fil qui se termine par un dorje et une cloche, symbole de sagesse et d’invulnérabilité.

Le compteur pour mala tibétain s’utilise comme un simple boulier ; à chaque fois qu’on a égrené 108 perles, donc récité 108 mantras, on avance une perle. Lorsqu’on a fait 10 fois le tour, on a donc avancé les 10 perles des dizaines, on peut avancer 1 perle des centaines. Lorsqu’on a fait 20 fois le tour, on avance une deuxième perle des centaines etc.

Certains malas bouddhistes sont montés directement avec une perle intermédiaire séparant des groupes de 27 perles. La perle en question, souvent de couleur différente, est un simple repère pour le comptage du nombre de mantras récités.

****************************

Pour finir, ce qu’il convient de retenir est qu’un mala tibétain bouddhiste a une signification profonde pour un pratiquant et ne dois pas être acheté à la légère.

Soyez vigilants également sur la provenance du mala et la façon dont il a été monté. Beaucoup de sites internet chinois fleurissent sur le marché proposant de nombreux malas tibétains tous plus excentriques les uns que les autres, en omettant de vous dire que ces jolis malas sont fabriqués par de petites mains d’enfants, et souvent dans des matériaux assez douteux, voire synthétiques.

Même purifié, un mala confectionné dans la souffrance ne pourra qu’alourdir la vôtre et ne vous procurera pas une bonne conscience, même si vous récitiez 100 000 mantras.

Nous vous rappelons qu’Eveil Oriental ne travaille QUE avec des artisans adultes et non exploités, que TOUS nos articles tibétains sont fabriqués à la main, au Népal. Que nous ne cherchons pas à obtenir les prix les plus bas mais que nous jouons « gagnant-gagnant », dans le respect et l’éthique du peuple tibétain et bouddhiste 😉

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s